Panorama

Avant-première

[Glück]

Seule la joie

UN FILM DE HENRIKA KULL

Sascha (Katharina Behrens) se prostitue depuis de nombreuses années dans un bordel berlinois. Maria (Adam Hoya, artiste performeuse, travailleuse du sexe dans la vraie vie et sujet du documentaire Searching Eva de Pia Hellenthal), indépendante, non-conformiste et queer, est une nouvelle venue. Rapidement, les deux femmes, attirées l’une par l’autre, vont s’aimer, jusqu’à ce que les carcans sociétaux et le regard conformiste s’en mêlent.

Le deuxième long métrage d’Henrika Kull (après le multi-primé Jibril, en 2018) a été tourné dans une authentique maison close, avec des professionnelles, ce qui lui confère tout son réalisme. Dans ce lieu fermé, où la sororité et la complicité entre femmes se manifestent à travers les regards et les gestes, elles attendent, à l’abri du jugement, le prochain client, se désaltèrent dans une pièce où les machines à laver tournent et nettoient ce qui peut l’être.

Dans ce film, il est question d’identité et d’émancipation, mais aussi de sentiments et de la naissance de l’amour. Une fois dehors, ce ne sont plus les corps et l’attente qui s’imposent, mais les visages, leurs expressions, leurs mouvements. Si le corps est dans le bordel un bien de consommation, une marchandise, il est, entre ces femmes, précieux, pudique et amoureux. La réalisatrice, qui déclarait « la question de savoir ce qu’est l’amour et comment il peut fonctionner est ce qui me motive », nous livre ici un film sensible et pudique, un drame que seule la joie peut déjouer !

Valérie Sourdieux Zoppardo

Samedi 5 mars • 11h00

Goethe-Institut

Fiction / Allemagne / 2021 / 90’ / VOSTF

Avec : Katharina Behrens, Adam Hoya, Nele Kayenberg, Petra Kauner, Adam Hoya, Pierre Emo

Distribution : Outplay

Précédé d’un petit déjeuner

Bande-annonce