Documentaires | Première française

P.S. burn this letter please

UN FILM DE JENNIFER TIEXIERA & MICHAEL SELIGMAN

En 2014, des centaines de lettres sont retrouvées dans un box de Los Angeles. Ce sont des souvenirs riches de presque soixante ans qui refont surface. Ces lettres sont adressées à un certain Reno Martin. Après son départ pour suivre sa carrière professionnelle, Reno garde contact avec ses ami·es new-yorkais·es. Daphné, Claudia, Joséphine… sont drag-queens ou transformistes et ont pour modèle Lana Turner ou encore Joséphine Baker. Elles confient à Reno leurs histoires personnelles et leurs anecdotes les plus croustillantes.

Au travers de ces archives intimes, les derniers témoins (aujourd’hui octogénaires) nous plongent avec tendresse dans les souvenirs d’un New York flamboyant. On évoque les ballrooms cosmopolites, les frasques légendaires ou bien les shows drags dans les clubs mafieux, où se croisent Liz Taylor et les Kennedy. On se remémore aussi les parts sombres de cette société conservatrice, où l’oppression policière est permanente. Descentes de police, arrestations, séjours en prison ou en hôpital psychiatrique… Être soi-même signifiait être hors-la-loi.

C’est un album de famille que nous feuilletons. Car avec ses témoignages croisés de personnes gays, lesbiennes et trans, P.S. Burn This Letter Please vient nourrir notre héritage collectif. Il nous montre aussi l’étendue de nos racines, si peu différentes de l’univers drag actuel. Encore aujourd’hui, certaines de ces queens vétérans continuent de vivre leur passion. Elles ne sont pas prêtes de raccrocher leurs perruques. Une belle façon de transmettre la couronne.

 Benjamin Malinge

Dimanche 6 mars • 21h

Cinéma Opéra

Documentaire / USA / 2020 / 101’ / VOSTF

Avec : Michael Alogna, Henry Arango, James Bidgood, Robert Bouvard, George Chauncey, Claude Diaz

Distribution : The Film Collaborative