Les Chemins de l'Oued

Un film de Gaël Morel

 

Fiction / France / 2003 / 1h20 


Avec : Nicolas Cazalé, Amira Casar, Mohamed Majd

 

Responsable de la mort d’un policier, un jeune Français d’origine maghrébine en fuite part se cacher chez son grand-père en Algérie pour échapper à la justice française. Là-bas, il découvre un lieu et des gens qui lui sont complètement étrangers comme cette famille qu’il ne connait pas, cette langue qu’il ne parle pas, et une situation politique (nous sommes au moment des attentats islamistes) qu’il ne comprend pas. Cette nouvelle vie au bled est, sous forme de parcours initiatique, à mille lieux d’être celle qu’il imaginait ou sublimait depuis la France...


Loin de son Beaujolais natal, c’est pour Gaël Morel le choc des cultures qu’il réserve au personnage principal de son deuxième long métrage sorti confidentiellement en salles en 2003 après un passage sur Arte qui le produisait.

Pourtant, avec les mêmes envolées lyriques découvertes dans À toute vitesse, le jeune réalisateur affine son cinéma que l’on connaissait déjà très physique. Privilégiant d’avantage encore l’esthétique que dans son premier film, on comprend parfaitement que Gaël Morel a été fasciné par les superbes paysages de Kabylie.

Dans ce décor naturel, souvent hostile au jeune homme doublement expatrié (seule sa mère est algérienne), Nicolas Cazalé dont c’est le premier grand rôle au cinéma, crève littéralement l’écran, et donne une incroyable énergie parfois violente à ce héros romantique moderne, initialement fougueux. À ses côtés, Amira Casar est excellente dans un rôle difficile de veuve de terroriste qui n’aura plus jamais confiance dans les hommes malgré l’enfant qu’elle porte. Une image assez attachante d’une jeunesse aussi fragile que désorientée, témoin d’une époque somme toute pas si lointaine.

Bruno Thévenon

Samedi 26 juin

 

20h30 / Cinéma Opéra

 

+ Rencontre avec Gaël Morel

Master Class Gaël Morel

Lundi 28 juin - 18h - Théâtre des Célestins - Entrée libre