Les Désarrois de l'élève Törless

Un film de  Volker Schlöndorff

 

Der junge Törless - Fiction - Allemagne - 1966 - VOSTF

 

Avec Mathieu Carrière, Marian Seidowsky, Bernd Tischer, Alfred Diertz, Barbara Steele, Lotte Ledl 

 

Début des années 1900. Le jeune Törless entre dans un collège de Bavière. Deux de ses camarades humilient avec sadisme un élève surpris en flagrant délit de vol.

Non loin du collège, une prostituée attire les adolescents. En même temps que la sexualité, Törless découvre d’étranges abîmes...


Premier long métrage du futur auteur du Tambour (Palme d’or en 1979), Les Désarrois de l’élève Törless est aussi l’une des premières manifestations de la renaissance du cinéma allemand grâce à l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes qui comptera dans ses rangs Rainer Werner Fassbinder, Werner Schroeter ou Rosa von Praunheim, autant dire des réalisateurs qui vont travailler comme jamais la question des représentations de l’homosexualité.

Sous l’abord rassurant de ce traditionnel film de collège qui, de Jeunes filles en uniforme (1931) à Another Country (1984) en passant par Les Amitiés particulières (1964), a si souvent permis de montrer l’affolement des désirs, Les Désarrois de l’élève Törless est un film dur et terrible où deux élèves en maltraitent un troisième sous le regard d’un quatrième.

Difficile de ne pas voir dans cette adaptation d’un roman de Robert Musil une métaphore sur l’histoire de l’Allemagne au XXe siècle (la monstruosité nazie et l’acceptation passive d’une grande part de la population).

Ce qui surgit ici entre ces garçons, les forts et le faible, les dominants et le dominé, ce n’est pas du désir homosexuel (ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas de trouble entre ces ados), c’est un simple jeu de pouvoir, dont le viol est, au même titre que la violence, un instrument.

Didier Roth-Bettoni

Vendredi 8 mars - 21h / Goethe-Institut
 
+ Présentation du film par Didier Roth-Bettoni, journaliste et spécialiste du cinéma LGBTI

 

+ séance précédée d'un pot de bienvenue
 
Goethe-Institut
18 rue François Dauphin
69002 Lyon
 
Entrée libre

Le Journal du festival