Les Lèvres rouges [Copie restaurée]

Un film de Harry Kümel

 

Daughters of Darkness / Fiction / Belgique / 1971 / 1h36 / VOSTF / Copie restaurée

 

Avec Delphine Seyrig, John Karlen, Danielle Ouimet, Andrea Rau, Paul Esser, Georges Jamin

 

Valérie et Stefan, immobilisés à Ostende, séjournent dans un vaste hôtel désert en cette morte-saison. Le couple fait alors la connaissance de l’inquiétante comtesse Bathory et de sa protégée Ilona, ténébreuses créatures de la nuit. Elles envoûtent d’abord le jeune homme, fasciné par des meurtres mystérieux perpétrés dans la région, puis Valérie, intriguée par l’étrange relation qui unit les deux femmes...

 

Mêlant avec habileté plusieurs genres, du cinéma d’auteur au cinéma bis, mais aussi synthèse entre l’univers avant- gardiste d’un Alain Robbe-Grillet et les délires visuels des gialli de Dario Argento ou de Mario Bava, Les Lèvres rouges bénéficie d’une photographie splendide avec une dominante du blanc et du rouge et des influences picturales d’artistes flamands comme Paul Delvaux ou Fernand Khnopff.

 

Ce film de vampire, mais surtout œuvre très personnelle sur l’amour, le désir et la domination nous plonge, dans un voyage hypnotique et envoûtant à l’image de la très belle musique de François de Roubaix. Delphine Seyrig, plus diva et divine que jamais dans le rôle légendaire de la comtesse Balthory, vampirise le spectateur et établit une réelle complicité avec la caméra.

Après cette réussite artistique, Harry Kümel réalisera un autre classique de l’insolite, le tout aussi envoutant Malpertuis en 1972. Très présent dans cette œuvre, le thème de la violence faite aux femmes doit sans doute beaucoup à la présence et à l’influence de Delphine Seyrig qui fut aussi une grande militante féministe.

Jeudi 24 juin

18h30 / Lumière Bellecour

 

.........................................................................................

 

Jeudi 24 juin

20h30 / Ciné-Rillieux

 

+ Séances présentées par Ariel Schweitzer, journaliste aux Cahiers du Cinéma

Master Class Gaël Morel

Lundi 28 juin - 18h - Théâtre des Célestins - Entrée libre